Pont Aven

Le 10 mai 2016, l’équipe de l’Atelier art et couleurs part en virée à Pont-Aven.

Au XIXème siècle, Gauguin, Bernard, Filiger, Maufra, Sérusier et bien d’autres sont venus régulièrement peindre dans ce petit bourg breton. Les artistes ont été séduits par les paysages champêtres ou les activités des habitants du village. L’hôtel des voyageurs, la pension Gloanec ont été des hauts lieux de vie de ces artistes … L’école de Pont-Aven était née.

Par une journée à la météo clémente, la visite commence dans le village, à la découverte de l’Aven, rivière aux berges fleuries, aux nombreux moulins, au cours chaotique à certains moments.

Les villageois, devant l’arrivée de plus en plus importante de peintres, ont su s’adapter et ouvrir ateliers, galeries, boutiques. La découverte se poursuit et la matinée est consacrée aux nombreuses galeries et à un arrêt devant des tableaux aux couleurs vives, fraîches et lumineuses.

Sans oublier un passage obligé à l’office de tourisme et un petit tour au marché, pour acheter l’indispensable bouquet de persil.


 

Déjà midi, pause repas obligatoire à la crêperie de la rue du port. Restaurés et rafraîchis, les membres de l’équipe se rendent au Musée, car l’après-midi est consacré au Musée des Beaux-Arts, ouvert dans sa nouvelle formule depuis le 26 mars. 

Après une brève présentation du monument dans son nouvel aspect, son historique et son contenu par une jeune et sympathique conférencière, voici toute l’équipe en train de déambuler dans les allées du bâtiment et commentant les œuvres exposées Les styles ? Du synthétisme à l’impressionnisme.

Enfin, visite de l’exposition temporaire consacrée à la famille Rouart, illustres collectionneurs, mécènes et artistes. Trois générations successives d’artistes : Henri (1833-1912), Ernest (1874-1942) et Augustin (1907-1997). L’exposition est intitulée : « Les Rouart : de l’impressionnisme au réalisme magique ».

Pendant que certains optent pour un retour vers Quiberon en fin d’après-midi, d’autres prennent le chemin du bois d’amour et de la chapelle de Tremalo à la découverte du Christ jaune, immortalisé par Gauguin, puis Nizon, avec le calvaire devenu le Christ vert avec Gauguin. Et enfin, Le Pouldu, avec l’auberge de Marie Henry.

 

 

Une belle journée de découvertes, d’études et d’échanges.